Amazon et le cannabis

07/06/2021

Amazon, au cœur des débats à cause de leur politique stricte soutien la légalisation du cannabis.

Amazon, géant de la distribution et du e-commerce se déclare étant soutient de la Marijuana « Opportunity Reinvestment and Expungement Act », projet de loi américain visant à la légalisation globale du cannabis. Ce projet de loi a pour objectif la suppression des casiers judiciaires de ceux précédemment condamnés à cause du cannabis, et à la dépénalisation du cannabis au niveau fédéral.

Amazon avait auparavant déjà fait polémique concernant leurs conditions de travail difficiles. L’entreprise était donc la cible de nombreuses critiques à cause de leur politique jugée trop stricte sur la non-consommation de cannabis de leurs employés. En 2020 par exemple, Michael Thomas avait vu son embauche pour trieur dans un entrepôt être annulée, dans la mesure où son test de dépistage de drogue était apparu positif pour le cannabis. Il était pourtant alors illégal de soumettre d’éventuels futurs employés à un examen de dépistage. Amazon avait également été victime de poursuites judiciaires par des employés pour avoir mis fin à leurs contrats pour cause de consommation de cannabis thérapeutique.

Le 1er juin, l’entreprise annonce qu’elle cessera de rejeter les potentiels salariés consommateurs de cannabis : « Dans le passé, comme de nombreux employeurs, nous avons interdit aux personnes de travailler chez Amazon si elles étaient testées positives pour la consommation de marijuana. Toutefois, étant donné l’évolution des lois des Etats-Unis, nous avons changé de cap » a déclaré Dave Clark, PDG de Amazon.

Amazon espère que cette annonce, relayée par Mashable donnera l’opinion au public que ce sont des employeurs plus « chill » qu’ils ne le paraissent, afin de combattre l’idée reçue construite par les polémiques passées. Ainsi, le cannabis ne sera plus inclus dans le programme complet de dépistage des drogues « pour les postes non réglementés par le ministère des Transports », pour que le cannabis soit considéré « de la même manière que la consommation d’alcool ». Les tests ne seront donc seulement réalisés qu’en cas d’incident.

Cependant, les quartiers d’Amazon ne devront tout de même pas devenir des fumoirs. La nouvelle tolérance appliquée par l’entreprise ne concerne que le temps libre des employés qui pourront consommer comme ils le désirent en dehors de leur travail.

Concernant la vente de CBD éventuelle, celle-ci n’est pas encore autorisée. Cependant, la plateforme réalise des tests au Royaume-Uni afin que la livraison via Amazon Prime soit possible sous le même schéma qu’avec l’alcool où la livraison est disponible dans 12 villes déjà.