La culture du chanvre néfaste pour l'environnement

27/05/2021

La culture du chanvre de plus en plus répandue suite à l'expansion du marché du cannabis, devient aussi de plus en plus controversée pour des raisons écologiques. C'est ce que nous étudions dans cet article.

Selon de récentes études, la production de la plante de cannabis causerait d’importantes émissions de gaz à effet de serre. Avec la légalisation progressive du cannabis engendrant une croissance exponentielle de sa production, quels sont les risques environnementaux encourus ?

Des recherches ont permis de faire constat des conséquences de la production de cannabis en intérieur. Hailey Summers et ses collègues de la Colorado State University ont analysé ce phénomène en détail. Ils ont ainsi réalisé que ces émissions de gaz faisaient preuve de variabilité selon le lieu de culture et des émissions sur le réseau électrique. D’après les hypothèses, la quantité de gaz à effet de serre pourrait varier entre 2,3 et 5,2 tonnes de dioxyde de carbone. En Amérique, les chiffres sont effrayants avec une émission engendrée par la culture de cannabis atteignant les 2,6 mégatonnes de dioxyde de carbone.

En vue de ces chiffres, il est alors normal de se questionner sur les conséquences et la dangerosité de la culture du chanvre en intérieur. Dans le cadre de la culture, les producteurs font usage de lampes énergivores. De plus, il y a une nécessité constante d’avoir de l’air frais dans les installations pour la viabilité des plantes. Le filtrage de l’air est aussi source de forte consommation d’énergie.

Cependant, les chercheurs cultivent des doutes quant à la précision des chiffres récoltés. Ils pourraient être bien plus élevés car les émissions liées au stockage et au traitement du cannabis n’ont pas toutes été prises en compte.

De plus, les réglementations mises en place dans chaque Etat représentent des difficultés supplémentaires pour l’industrie. Au Colorado par exemple, la culture des plantes de cannabis doit se faire à côté des magasins de détail. Pour les entreprises situées en zone urbaine, cela représente une contrainte car les plantations se font obligatoirement en intérieur, dans des entrepôts entrainant une hausse du dioxyde de carbone dans l’atmosphère.

Les méthodes de production concernant le marché noir pourraient se révéler être encore bien plus polluantes. Les producteurs prennent avantage de leur culture dans un totale illégalité en faisant usage de générateurs diesel sur leur site. A contrario, une culture en extérieur permet de réguler de façon naturelle les besoins d’énergie pour une bonne plantation. Elle ne nécessite pas d’installation de pompage, ou même de pesticides. Toutefois, cette méthode peut altérer la qualité de production car les rendements sont contrôlés par la météo et deviennent impossibles pendant les périodes froides.

Un dilemme s’installe alors. La production intérieure étant bien plus énergivore permet de meilleurs rendements et se trouve être plus rentable. La production extérieure, plus écologique est moins effective. Les professionnels hésitent donc entre produire plus et polluer plus ou produire moins et ralentir la production de gaz à effet de serre.

L’industrie du cannabis est en constante évolution et il s’agit maintenant de considérer les coûts et conséquences cachées du cannabis en intérieur afin de mettre en œuvre des solutions pour minimiser la perte d’énergie pour que la culture du cannabis soit plus durable.