La législation encadrée du Cannabis à Marseille ?

15/07/2021

6 jeunes morts à Marseille dans des règlements de compte liés au cannabis, de nouvelles mesures mises en place...

Ces dernières semaines, 6 morts ont été recensées à Marseille à la suite de règlements de compte entre jeunes, liés au trafic de cannabis. Cette tragédie fait réagir les adjoints du groupe écologique de Marseille qui décide de vouloir mettre en place une légalisation expérimentale du cannabis dans la ville.

C’est à travers un communiqué qu’ils décrivent la situation critique : « En deux semaines, six jeunes sont morts à Marseille, victimes directes ou collatérales, de règlements de compte entre bandes rivales, liés au trafic de Cannabis. ». Le 12 juillet, les écologistes demandent donc une légalisation expérimentale longue de 3 ans dans le but de « lutter contre les trafics mafieux de stupéfiants et de ramener le calme dans certaines cités gangrenées par ce trafic et les règlements de compte qu’il entraine ». De plus, il s’agirait de « mener une politique de santé publique fondée sur la prévention et l’accompagnement des usagers dépendants. »

A lire aussi : Le Spannabis aura finalement lieu en 2022 (weed-info.fr)

La France se plaçant comme premier consommateur européen représente un paradoxe avec sa politique particulièrement répressive vis-à-vis du cannabis. Les écologistes marseillais appellent donc au débat sur l’interdiction du cannabis qui causerait plus de dégâts qu’elle ne servirait au peuple.

Le trafic de cannabis illégal engendre des recettes s’élevant à 600 millions d’euros par an. La légalisation de la substance pourrait générer environ 2 milliards d’euros de recettes fiscales selon une certaine réglementation et permettrait la création de nouveaux emplois, ce qui représente une opportunité pour la ville de Marseille dont le taux de chômage est élevé.

De plus, les écologistes rappellent que lors de la consultation citoyenne sur le Cannabis récréatif, environ 80% de la population française se trouvait être pour la légalisation de la plante. La publicité et vente resteraient strictement interdites aux mineurs mais ces nouvelles expérimentations pourraient prouver l’inefficacité de la prohibition.