Pays Bas, un ralentissement dans le monde du cannabis ?

12/06/2021

Un endroit phare de la consommation et de l'achat de cannabis dans les coffee shops. Serait-ce le début de la fin d'Amsterdam, ville des fumeurs ?

Le Pays-Bas est présenté comme étant un pays attractif grâce à notamment sa politique de forte tolérance sur le cannabis. Amsterdam est donc devenu un lieu de rendez-vous pour beaucoup de jeunes en quête de découvertes et de nouvelles expériences.

Cependant, en février 2020 Femke Halsema, maire néerlandaise déclare vouloir restreindre l’accès aux 166 coffee shops se trouvant à Amsterdam aux touristes étrangers. Ainsi, les boutiques seraient ouvertes seulement aux citoyens néerlandais. Eberhard van der Laan, ancien maire, avait exprimé son opposition à cette idée en affirmant que « les 17 millions de touristes ne se diront pas « plus de cannabis », ils continueront à venir à la recherche de drogues ». De plus, « Cela conduirait à davantage de vols, de querelles à propos de drogues et à l’absence de contrôle de la qualité des drogues sur le marché. Tout ce sur quoi nous avons travaillé serait perdu. »

La maire écologiste souhaite voir un Amsterdam 2025 sans cannabis ni prostituées, qui seront certainement déplacées en périphérie. Elle veut dorénavant mettre en avant d’autres attraits de la ville, comme son charme, ses canaux et sa culture, attirant donc un tout autre type de vacanciers. De plus, le tourisme du cannabis ne fait pas tant consommer que ça en dehors des produits liés à la drogue. Femke Halsema veut donc « s’engager dans une guerre contre le quartier rouge et ses célèbres vitrines derrière lesquelles les prostituées offrent leur service ».

A lire aussi : https://www.weed-info.fr/news/la-culture-du-chanvre-n%C3%A9faste-pour-l'environnement


Dans cette démarche, la maire peut compter sur l’appui des résidents, des commerçants ainsi que celui de la police. En effet, en période de Covid, les habitants ont eu l’occasion de redécouvrir une ville calme et paisible et surtout sans touristes. Lors du déconfinement, des milliers de belges, allemands, français et britanniques ont pu faire leur retour perturbant alors la paix des Amstellodamois qui jugeaient leur vie plus qualitative sans touristes.

D’un point de vue économique, contrairement aux idées reçues, celle-ci ne tourne pas seulement autour de la drogue douce. Les Pays-Bas sont ancrés dans le secteur du service logeant de multiples sièges de multinationales et de banques. Aussi, le port de Rotterdam qui est l’un des plus grand du monde représente une source de revenus conséquente.

La maire écologiste souhaite donc définitivement changer l’image de la capitale des « touristes de cannabis » et « réduire le pouvoir d’attraction d’Amsterdam en tant que lieu de villégiature du tourisme des drogues douces ». La demande en marijuana ayant augmenté ces dernières années, les nuisances se feraient de plus en plus récurrentes et intenses dans la ville.

A voir aussi : https://www.youtube.com/watch?v=IkMxpUS7b1Y