• WEED-INFO

Equateur : les pertes de la vente de roses compensées par la vente de cannabis

Dernière mise à jour : 14 août 2021


La pandémie aura eu un énorme impact sur l’économie mondiale, ce qui a provoqué le déclin de plusieurs marchés. C’est en Equateur par exemple qu’un certain coup a été porté au secteur floricole, notamment pour la pousse de roses.


Soucieux de l’économie du pays, ils ont ainsi décidé de planter des graines de chanvre sur les terres originellement utilisées pour la production de roses, en espérant que la vente de produits de CBD puisse compenser les pertes d’argent. C’est ainsi que la ferme Boutique Flowers située à Tabacundo a mis en place la construction de serres de cannabis. Cette production est totalement légale, conformément aux réformes mises en place dans le pays.


La marijuana reste cependant interdite avec une tolérance de seulement 1% de THC pour le CBD commercialisé. Klaus Graetzer, gérant de la Boutique Flowers s’exprime sur les difficultés traversées : « Le projet est né dans des temps difficiles. Lors de la pandémie, l’industrie des fleurs a été durement touchée. Nous avons vu l’opportunité de tirer profit de cette nouvelle réglementation ».


A lire aussi : La Colombie s’impose dans l’exportation de cannabis (weed-info.fr)


Ainsi, il a pris la décision de réduire sa production de roses de 37% afin de laisser place à la production de chanvre. Suite à une baisse de l’exportation de 8% l’année précédente, un grand espoir repose sur l’expansion du marché du CBD qui pourra éventuellement permettre de redresser l’économie du pays.


Felipe Norton, directeur de CannAndes déclare que « L’idée est de parvenir à exporter des fleurs de CBD fumables en Suisse car c’est le plus grand marché pour cette fleur. Vu l’expérience que nous avons avec les fleurs, c’est une bonne opportunité ». Le début de l’exportation est donc prévue pour dans deux ans.


Une perspective d’évolution et de nouveaux emplois s’ouvrent donc à l’Equateur, « nous avons les conditions climatiques et pédologiques pour faire la culture, mais ce sera la demande qui dictera le niveau de l’offre » déclare le vice-ministre du pays.