• WEED-INFO

Le cannabis médical autorisé au Pérou ?

Dernière mise à jour : 14 août 2021


Malgré la légalisation du cannabis médical au Pérou en 2017, l’accès à la médication restait très difficile et restreint. Un nouveau projet de loi autorise désormais les associations de patients à développer leur propre culture, transporter ainsi que stocker le cannabis à des fins seulement thérapeutiques.


C’est donc à la suite de nombreuses demandes et revendications des patients et familles, que le Congrès a finalement accepté la mise en place de cette loi proposée par le gouvernement. Ainsi, seuls les patients inscrits dans un registre officiel pourront bénéficier de ces avantages.


La weed médicale était jusqu’ici presque introuvable en pharmacie. En conséquence, les patients seront aussi dans la capacité de traiter les plantes cultivées, afin de la dériver en quelconque produits décidé.


A lire aussi : La dépénalisation du cannabis finalement installée en Louisiane (weed-info.fr)


Pour l’application de la loi, des licences sont distribuées par le ministère de la Santé, réglementées par la section anti-drogue de la police nationale. Il s’agit donc de tout de même surveiller la culture de chacun afin de s’assurer qu’elle ne sert pas de consommation récréative à son propriétaire.


Originellement, le projet de loi des associations incluait l’autorisation de l’auto-culture personnelle, qui n’a pas été acceptée et qui reste donc en suspend pour le moment. Certains patients ont même exercé une forme de pression sur l’ancien président afin que la loi puisse définitivement passer avant le 28 juillet, soit la fin de son mandat.


M. Brivio par exemple, partisan et patient, fait part des progrès de santé qu’ont pu lui provoquer les médications à base de cannabis, notamment pour traiter ses troubles des mastocytes, son syndrome de Raynaud et son syndrome d’Ehlers Danlos.


Beaucoup traitaient leur maladie de manière clandestine comme l’association Buscando Esperanza dans laquelle beaucoup de mères faisaient usage du cannabis pour guérir leurs enfants de la sclérose tubéreuse par exemple. Il s’agit donc d’un réel soulagement pour beaucoup, qui pourront désormais se soigner en toute liberté et légalité.