• WEED-INFO

Le cannabis, meurtrier au volant



« Un accident mortel sur cinq est provoqué parce que le conducteur a consommé des stupéfiants » explique le chef de l’escadron Sécurité routière de l’Essonne. Des chiffres alarmants, témoignant du danger de consommer avant de conduire.


Une campagne de prévention contre le cannabis au volant a donc été mise publique le 24 octobre dernier. Cette campagne sera également appuyée par une hausse des contrôles routiers, largement dissuasifs pour les conducteurs.


Afin de confirmer une éventuelle consommation de stupéfiant, les gendarmes utilisent un curieux appareil. L’un d’entre eux explique le processus en vigueur : « On met un embout dans la bouche de l’individu. Ensuite, il réagit avec des cristaux qui sont à l’intérieur et on peut ainsi voir quel stupéfiant la personne a, ou non, consommé. »


A lire aussi : Malte : la légalisation du cannabis pour Noël ? (weed-info.fr)


La drogue dite « douce » parait presque inoffensive pour beaucoup, qui s’en permette même la consommation sur la route. Le commandant Faure explique notamment que « les gens pensent que prendre du cannabis c’est tout à fait normal, qu’ils n’ont aucun risque. Ils ne sentent pas les effets alors qu’il y a des effets puisqu’il y a des accidents mortels ».


La sentence prévue en cas de positivité du test est particulièrement sévère. Et pour cause, le conducteur subit un retrait de 6 points sur son permis, et peut encourir une peine de 2 ans de prison, avec une amende s’élevant à 4500€. Le juge peut également décider d’imposer un stage de sensibilisation aux stupéfiants au coupable.


En 2020, ce sont plus de 700 personnes qui ont été tuées à cause de la substance. La consommation même modérée est donc impérativement à éviter, multipliant les risques d’accidents mortels par deux.